CEPD'OC

Centre d'Etudes de la Parole D'OC

Lo cepon :  Extrait d’un reportage pour l’émission Vaqui, est évoqué ici la fête du Cepoun à Utelle (06), un village du haut pays niçois. Cette fête met en scène de façon symbolique une lutte entre célibataires et hommes mariés dont l’enjeu est justement la femme mariée.
Tierry Offre

Setze d’avost, dètz oras, Fernand musiqueja ambé son trinhon. Après la grand-messa lo monde començan de pensar a d’occupacions un pauc mai profanas. Òm s’arròsa un pauc lo cocordier ; d’autant mai que lo vin es esta balhat per lei darriers nòvis de l’annada.

Aquesta fèsta es una tradicion que ven de l’edat-mejana. Fau sautar lo cepon, una soca gardada gelosament per leis òmes maridats. Aquò, lo cepon, es lo simbòle de la frema maridada ; e lei joines, ’quelei que son pas’ncar maridats, dèvon l’escambarlar e se l’apropriar. Lo ròtle dei mascles maridats es d’aparar son cepon. E ansin la fèsta dona d’èr de batèsta, de tempèsta qu’abauca la brefoniá au còr de l’estiu. Se lei joines manlèvan lo cepon devon passar una certa limita, e aquí auran gagna soun escomessa. Mai lei pus vièlhs van tot faire per empachar lei joines de realisar son prètz-fach.

René Moucadel :
Vau mièlhs que la violéncia s’espremigue dins un rite, dins un moment de ceremoniá que de s’espremir de façoun coumpletament sauvatja, completament anarchica, dins la societat. E donc, sariáu puslèu aparaire d’aquelei fèstas, meme s’efectivament res pòu se rejoïr de vèire de gènts que se fan barrular e que de fes que i a se fan tuar. Mai crese que fau pas ni mai que tot siágue completament… que tot siágue lisc e redon e ben pròpre, e fau saupre que i a de violéncias qu’existan e que i a benlèu d’occasions que son donadas a l’òme de rejogar aquela violéncia d’un biais un pauc ritualizat, justament.

Tierry Offre :
E òc, aquelei fèstas, onte leis òmes an pas paur de se picar sus l’esquina, pòdon faire chifrar. Meme se, aquí, la violéncia es mesurada, vai jamai ben luènh : quauquei bacèus sus lo pitre, de nhòcas sus lo bedelet, vaquí tant d’arguments benlèu per se faire onchar la codena, de vèspre quand tornaràn a l’ostau. E oblidaràn lèu seis esquinas gafinhadas ambé benlèu quauquei potons sus sei cadabres endolorits.
Tierry Offre :
Sege d’avoust, dès ouro, Fernand musiquejo amé soun trignoun. Après la grand messo lou mounde coumènçon de pensa à d’óucupacioun un pau mai proufano. On s’arroso un pau lou coucourdié ; d’autant mai que lou vin es esta baia pèr lei darrié nòvi de l’annado.
Aquesto fèsto eis uno tradicioun que vèn de l’edat-mejano. Fau sauta lou cepoun, uno souco gardado gelousamen pèr leis ome marida. Acò, lou cepoun, es lou simbole de la fremo maridado ; e lei joueine, ’quélei que soun panca marida, dèvon l’escambarla e se l’aproupria. Lou role dei mascle marida es d’apara soun cepoun. E ansin la fèsto douno d’èr de batèsto, de tempèsto qu’abauco la brefounié au couor de l’estiéu. Se lei joueine manlèvon lou cepoun dèvon passa uno certo limito, e qui auran gagna soun escoumesso. Mai lei pus vièi van tout faire pèr empacha lei joueine de realisa soun presfa.

René Moucadel :
Vau miès que la vióulènci s’espremigue dins un rite, dins un moumen de ceremounié que de s’espremi de façoun coumpletamen sóuvajo, coumpletamen anarchico, dins la soucieta. E dounc, sariéu pulèu aparaire d’aquéli fèsto, mume s’efeitivamen res pòu se rejouï de vèire de gènt que se fan barrula e que de fes que i’a se fan tuva. Mai crese que fau pas nimai que tout siegue coumpletamen… que tout siegue lisc e redoun e bèn propre. E fau saupre que i’a de vióulènci qu’eisiston e que i’a belèu d’óucasioun que soun dounado à l’ome de rejouga aquelo vióulènci d’un biais un pau ritualisa, justamen.

Tierry Offre :
E vo, aquélei fèsto, mounte leis ome an pas pòu de se pica sus l’esquino, podon faire chifra. Meme se, aqui, la vióulènci es mesurado, vai jamai trop luèn : quàuquei bacèu sus lou pitre, de gnoco sus lou bedelet, vaqui tant d’argumen belèu pèr se faire ouncha la coudeno, de vèspre, quand tournaran à l’oustau. E óublidaran lèu seis esquino grafignado emé belèu quàuqui poutoun sus sei cadabre endoulouri.
Tierry Offre :
16 août, 10 heures, Fernand joue du carillon. Après la grand-messe la population commence à envisager des occupations un peu plus profanes. On s’humecte un peu le gosier ; d’autant que le vin a été fourni par les derniers mariés de l’année.
Cette fête est une tradition qui remonte au Moyen-Âge. Il faut sauter le cepoun, une souche gardée jalousement par les hommes mariés. Le cepoun est le symbole de la femme mariée ; et les jeunes gens, ceux qui ne sont pas encore mariés, doivent l’enjamber et se l’approprier. Le rôle des mâles mariés est de défendre leur cepoun. Et ainsi la fête ressemble à une bataille, une tempête qui apaise l’orage au cœur de l’été. Si les jeunes s’emparent du cepoun, ils doivent passer une certaine limite, là ils auront remporté la partie. Mais les plus vieux vont tout faire pour empêcher les jeunes de réaliser leur mission.

René Moucadel :
Il vaut mieux que la violence s’exprime dans un rite, dans un moment de cérémonie plutôt que de façon complètement sauvage, complètement anarchique, dans la société. Donc, je serais plutôt un défenseur de ces fêtes, même si effectivement personne ne peut se réjouir de voir des gents se faire renverser, et parfois se faire tuer. Mais je crois qu’il ne faut pas non plus que tout soit complètement… que tout soit lisse, rond, bien propre, et il faut savoir que la violence existe e qu’il y a peut-être des occasions qui sont données à l’homme de rejouer cette violence d’une façon un peu ritualisée, justement.

Tierry Offre :
Eh, oui ! ces fêtes, où les hommes ne craignent pas de se taper dans le dos, peuvent soulever ds questions. Même si, là, la violence mesurée, ne vai jamais très loin : quelques coups sur la poitrine, des hématomes sur le ventre, voilà autant d’arguments peut-être pour se faire masser les muscles, le soir, quand ils rentreront à la maison. Et ils oublieront vite leurs dos égratignés avec peut-être quelques caresses sur leurs chairs endolories.
Bien que la fête se déroule dans le haut pays niçois, on entend ici deux variantes de provençal qui ne correspondent pas au parler du lieu. Thierry Offre parle un provençal assez standard avec quelques traits de maritime comme dans le parler de Lançon de Provence dont il est originaire. On y trouve l’article défini « lei » prononcé [lei], le « ò » tonique diphtongue en [uo] couor (graphie mistralienne), « joine/jouine» se prononce [djueine].
René Moucadel, qui est de Maillane, emploie un bas-rhodanien plus marqué avec « j » et « ch » prononcés respectivement [dz] et [ts] « rejouï », « anarchico ». Les « a » finaux (ar/at en graphie classique) sont prononcés [è]. On note « tuva » pour « tua/tuar »
Prénom Nom : Thierry Offre, qui fait le commentaire. René Moucadel qui parle de la violence ritualisée dans les traditions populaires.
Année de naissance :
Profession : T. Offre est journaliste à FR3 Méditerranée. R. Moucadel est professeur de provençal.
Parcours :
Entretien de : Thierry OFFRE
Date de collectage : 2017-03-24
Lieu : Utelle
Centre d'Etudes de la parole d'Oc - 8 bis, avenue Jules FERRY - 13100 AIX EN PROVENCE - Tél : 04.42.93.45.12 - Email : cepdoc@free.fr - mentions légales